P1000655 1Peut-on imaginer une église - fut-elle désacralisée - sans ses cloches ? Non, bien sûr. Pourtant, telle est la situation de l'église du Sacré Cœur à Denain. L'association privée, à ce jour propriétaire de ce superbe édifice, aurait vendu les deux cloches à une entreprise spécialisée. L'église est ainsi dépouillée des cloches dites de la Victoire, installées le 19 octobre 1920, des cloches symboles de la Victoire de 1918. Explications...

Une église sans cloches ?
Les premières cloches de l'église du Sacré Cœur à Denain, sonnent pour célébrer la messe de Noël 1906. Durant la guerre 1914-1918, l'occupant allemand confisque quasi toutes les cloches des églises de notre territoire, afin de les fondre et produire des canons et autres engins de guerre...
Ce n'est que le 19 octobre 1920 que deux nouvelles cloches (dont la plus grosse pèse 350 kg) de l'église du Sacré Cœur retrouvent leur place et sonnent de nouveau à toute volée... Ces cloches ont été coulée par la célèbre fonderie Charles Wauthy, basée à Sin-le-Noble, près de Douai.

denain Cloche

Voici ce qui est gravé sur cette cloche :

"Je dois le jour à la générosité de 2600 familles qui composent la paroisse.

je fus baptisée le 17 aout 1920, par Monseigneur Massart, Vicaire général, Monseigneur Chollet(1) étant Archevêque de Cambrai, benoit XV papet et Monsieur l'Abbé delcambre, curé.

j'ai pour parrain Monsieur Jean Werth-Dupont, et pour marraine, Madame Roger Scalier(2).

je dois servir le culte romain et perpétuer la générosité de mes donateurs.

je me nomme Victoire-Jeanne-Marcelle.

je sonne le Te Deum de la Victoire et le De Profondis du Deuil National.


Un peu moins de cent ans plus tard, ce n'est plus la guerre ni une armée d'occupation, mais une association privée, propriétaire à ce jour de l'église (désacralisée) qui s'est véritablement débarrassée des deux cloches de l'église. Ces dernières, selon mes informations, ont été vendues à une entreprise spécialisée.
La démarche surprend, voire scandalise.
Pourquoi l'association privée - propriétaire de l'église - a dû se résoudre à vendre ces deux cloches ? Est-ce pour des raisons de sécurité ( le poids de ces cloches présentant un hypothétique danger pour la tour de l'église) ? Ou est-ce dans un objectif financier, et ce, pour quelques milliers d'euros ?

D'autres interrogations surgissent aussi : est-ce que la vente des cloches de l'église était convenu avec l’Évêché lorsque ce dernier a accepté la cession de l'église à cette association privée ? Est-ce que la Direction Régionale aux Affaires Cultures, la Ville de Denain, le Musée ou encore Monsieur le Conservateur des Musées de la Communauté d'Agglomération de la Porte du Hainaut ont été préalablement informés et consultés sur cette volonté de vendre ses deux cloches de la Victoire ? Ces cloches ne font-elles pas partie du patrimoine denaisien ?

Le 19 octobre 2020, aurait pu, aurait dû être célébré le centenaire de l'installation, dans l'église du Sacré Cœur de Denain, des cloches de la Victoire, la victoire de 1918.
© Francis Dudzinski-Ozdoba, passeur d'Histoire.Contact & Facebook.

(1) Jean-Arthur Chollet (8 avril 1862, Avocourt - 2 décembre 1952). Il est évêque de Verdun de 1910 à 1913, puis archevêque de Cambrai de 1913 à 1952 (Sources : Wikipedia)

(2) Il est probable que le nom évoqué soit celui de l'épouse de Monsieur Roger Saclier ( et non pas Scalier), Président à cette époque, de l'Harmonie des Forges de Denain. De même, il est indiqué le nom de Monsieur Jean Werth-Dupont : là encore, il est possible que cela soit Monsieur Jean Werth, le directeur de la société des Forges et Hauts Fourneaux de Denain est le président d'honneur de l'harmonie des Forges. La fille ainée de Jean Werth a épousé Monsieur Saclier.

Commentaires  

#1 andré zed 30-10-2019 09:42
je savais pas , on est tombé bien bas pour oser vendre des cloches !!!!!
Citer