escaudain stephane jakim21952. La catastrophe minière de Lourches. Voici une photo, prise sur une tombe au cimetière d'Escaudain. C'est celle du jeune Stefan Jakim, "tué à la fosse Schneider" lors de la catastrophe minière de Lourches du 12 aout 1952. Il mérite de ne pas être oublié. Photos et explications...


1952, la catastrophe de Lourches. Stefan Jakim, 27 ans.
Sur le caveau, et je reconnais avoir rarement vu cela, juste ces quelques mots : le nom, le prénom, 2 dates (1925-1952), et cette phrase sobre gravée dans le marbre "tué à la fosse Schneider, le 12-8-1952". Il est une des neuf victimes de cette catastrophe de Lourches.

Escaudain Stephane Jakim1

Tout est dit, tout est écrit. Stefan n'est "mort", non, il a été "tué"nous dit-on... Quelle force, quel courage de la part famille ou des proches, d'avoir pu, d'avoir su écrire cela ainsi... Mais aujourd'hui, cette tombe semble abandonnée. Qui était-il ? Etait-il d’origine polonaise, tchèque ou slovaque ? Aucune autre personne de la famille n'y a été enterrée, et voilà bien longtemps qu'elle n'est plus entretenue et fleurie.

En fait, ce jeune Stefan Jakim est, selon mes informations, d'origine polonaise, né à Wola koblanska, en Pologne, le 25 octobre 1925. Célibataire, il logeait rue Édouard Vaillant, à Escaudain. Il est décédé le 19 aout 1952, à l'hopital des Mines, à Valenciennes. Comme cela se faisait à l'époque, c'est un maitre garde de la Compagnie des Mines de Douchy (dont le siège social était à Lourches) qui a officiellement déclaré le décès, en mairie de Valenciennes. En actualités nationales, le journal Le Monde (daté du 21 aout 1952) évoque brièvement cette catastrophe minière : "A l'heure où se déroulaient à Lourches, les funérailles des deux dernières victimes de la catastrophe minière du puits Schneider, on apprenait le décès, survenu à la clinique Tessier, à Saint-Waast, de M. Stephan Jakim, d'Escaudain. Ce décès porte à neuf le nombre des victimes du coup de grisou"
"C’était le 12 août 1952. Un mardi, un peu avant une heure du matin, 159 mineurs avaient pris leur poste de nuit à la fosse Schneider de Lourches. Soudain, une déflagration, une boule de feu : le grisou. La catastrophe de Lourches fera neuf morts et onze blessés… 48 heures avant les congés payés" rappelle La Voix du Nord dans son édition du 12 aout 2014.
Les 9 victimes sont Jean Ardhuin (Lourches), Ismaël Crine (Lourches), Louis Horon (Lourches), Stefan Jakim (Escaudain), Lucien Lancelin (Douchy-les-Mines), Émile Libre (Lourches), Giovanni Marino (Denain), Jean Szerment (Escaudain), Nicodème Wrzeszczynski (Escaudain).

Dudzinski150© Francis Dudzinski-Ozdoba.

Passeur d'Histoire. Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

Commentaires  

# lebel antoine 22-05-2020 07:54
bravo pour ce travail de mémoire, ne jamais oublier
Répondre