En 1851 : Construction du Coron Jean Bart à Denain ; Ouverture de la fosse Élise à Escaudain ; Création d'une verrerie à Lourches, etc ...


L'Ostrevant(1)(Ostrevent) et ses environs...durant la période de la Seconde République (1848-1852)

En 1851 :

- Roeulx :

- Denain :

  • A l'initiative de la Compagnie des Mines d'Anzin, le Coron Jean Bart, associé à la fosse du même nom, a été construit entre 1835-1851. Le Circuit Germinal à Denain, vidéo d'une ancienne ville minière.
  • Sidérurgie : Les deux usines, Denain & Anzin (fusionnées depuis le 11 mars 1849) avaient assuré une production de 19.000 tonnes de fonte en 1848. Mais, du fait de la crise, cette production tombe à 7.600 tonnes en 1851 (livre d’or de « Denain-Anzin » )
  • Denain compte 8.621 habitants en 1851 contre 3.200 habitants en 1836 ( soit une croissance de 171,59% en seulement 15 ans).

- Escaudain :

  • Ouverture, par la Compagnie des Mines d'Anzin, de la fosse Élise (fermée en 1867).
  • Selon l'historien local Francis Dupire, "la chapelle élevée à l’emplacement du rond-point actuel, est abattue".
  • La ville compte 2.028 habitants dont 50% vivent de l'agriculture : 15 ans plus tard, soit en 1866, ce pourcentage chute à 21%. De plus en plus d'Escaudinois vivent de l'industrie (mines, forges...).

- Lourches :

  • Une verrerie à bouteilles est installée près du canal de l’Escaut. Son directeur est Firmin Houtard
  • plan de la ville et des sites miniers. Lourches, la ville minière aux 8 puits disparus.
  • "Baptême" de la première cloche de l'église. Cette cloche est dénommée "Charlotte-Désirée". C'est Charles Mathieu (1799-1872. Directeur de la Compagnie des Mines de Douchy) qui en est le parrain. La marraine n'est autre que sa sœur, Désirée Alexandrine Mathieu (1803-1890. Cette dernière est mariée à un administrateur de la Compagnie des mines de Douchy : Honoré Joseph Carlier(2) (1799-1857. Nommé maire de Valenciennes de 1843 à 1846 puis de 1852 à 1857. Il est également administrateur de la sucrerie de Neuville-sur-Escaut).

- Bassin Minier :

  • L'emploi des chevaux au fond des puits se développe très progressivement dans le contexte social et mouvementé de la Révolution de 1848 et du Coup d’État de 1851, et ce, malgré l'opposition des mineurs craignant pour leur emploi. Les Compagnies des Mines du Bassin Minier du Nord n'ont descendu que 5 chevaux en 1848. On en comptera 18 en 1851 et 59 en 1854 (Marcel Gillet)
  • Dans le Denaisis, 26 puits de mine sont en activités, dont 19 à l'initiative de la Compagnie des Mines d'Anzin (14 à Denain, 1 à Abscon et 4 à Escaudain) et 7 par la Compagnie de Douchy (Lourches).

(1) Voir l'article : Doit-on écrire Ostrevant ou Ostrevent ?

(2) Le fils d'Honoré Joseph Carlier est Émile Joseph Carlier (1832-1905). Ce dernier prendra la Direction de la raffinerie locale (la société "Carlier, Mathieu et Cie".) à la suite de son père en 1857. Il sera par ailleurs nommé, par le Préfet du Nord, maire de Neuville-sur-Escaut de 1861 à 1874.

Dudzinski150© Francis Dudzinski-Ozdoba. Historien & Journaliste.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Mes articles sont régulièrement complétés et mis à jour. Sources : Archives personnelles,  mes travaux de recherches aux Archives (archives municipales et ADN, CHM, AMT...), mes notes de lectures(*), mon livre "Denain et le Denaisis : Histoire d'un Bassin Industriel".

(*) Voir Bibliographie.