lourchesle 21 septembre 2014, à l’occasion des Journées du Patrimoine et à l’initiative de la Ville de Lourches et de l'association de randonnées "Lourches en marche", était proposé un circuit de découverte de la situation de sept des huit puits de mines exploités par la Compagnie des Mines de Douchy. Aucun bâtiment minier n'a été sauvegardé sur le territoire de la ville. Explications...

« Dans les pas de Charles Mathieu ».

Le 21 septembre 2014,  la Ville de Lourches, en partenariat avec l'association de randonnée "Lourches en marche", présentait un circuit de découverte de la situation des sept des huit puits de mines exploités par la Compagnie des Mines de Douchy. Un circuit assez étrange : en effet aucun bâtiment minier n'a été sauvegardé sur le territoire de la ville.

Seuls deux éléments symboles de cette épopée minière, exception faite des corons évidemment, subsistent. Le premier est la maison du directeur de la Compagnie des Mines de Douchy, qui ne se trouve non pas à Douchy mais bel et bien à Lourches : c'est aujourd'hui un bâtiment occupé par la Mairie de Lourches.

Le second élément est le monument élevé à la gloire de Charles Mathieu, le "découvreur du charbon à Lourches", et situé devant l'église et la mairie.

lourches008 12

Le circuit de "découverte" des puits de mine lourchois proposé parl'association de randonnée "Lourches en marche" et la Ville de Lourches. Il est figuré en jaune. 2014.

lourches 1851

Le même circuit, mais reproduit sur un plan de Lourches datant de 1851. Document ADN.

Le circuit débute rue Émile Zola (ancienne Rue de l’Église), permet de découvrir le monument Charles Mathieu (inauguré le 22 septembre 1901), puis se dirige vers la rue Henri Durre (ancien Sentier d'Escaudain).

Par un petit chemin, il parcourt l'ancien site minier de la fosse Schneider (N°1) où s'élevait l'imposant terril de la fosse. Puis le circuit emprunte la rue Blanqui (ancien Chemin des Princes) dans la Cité Schneider.

  • La fosse Schneider : Ancienne fosse Sainte Barbe ouverte en 1835 jusqu'en 1886. Remise en activités en 1900 sous le nom de fosse Schneider. Fosse maudite, marquée par la catastrophe (coup de grisou) du 12 aout 1952 (9 morts), puis d'une inondation en 1955 entrainant alors l’arrêt d e l'exploitation. Puits remblayé en 1957. Chevalement détruit en 1971.

Ce circuit se dirige, par la rue Jean Baptiste Lebas (ancien Chemin des vaches), vers le carrefour qui porte le nom de la fosse qui s'y trouvait (N°2) : la fosse L’Éclaireur.

  • La fosse l’Éclaireur : particularité = elle est située sur le territoire de Roeulx. Mais à ne pas confondre avec la fosse dite de Roeulx, qui elle, est située sur le territoire d'Escaudain et était propriété de la Compagnie des Mines d'Anzin et non de la Compagnie des Mines de Douchy. Activités d'extraction de 1837 à 1909(N1). utilisée comme puits de retour d'air de la fosse Schneider. Remblayée en 1956.

Il passe par la rue Socrate (ancien Chemin des Vaches menant au Coron des vaques) pour se diriger vers la rue Victor Hugo, puis la rue de Désirée menant à l'ancienne fosse Désirée (3)

  • La fosse Désirée : en activités de 1839 à 1900 pour servir ensuite de retour d'air à la fosse Schneider. Remblayée en 1956, mais forage et captage du grisou à partir de 1987.

En reprenant la rue Victor Hugo (ancien chemin de Roeulx à Lourches), le circuit permet d'accéder au site de l'ancienne fosse Beauvois (N°4) . De ce point, il passe ensuite par la rue Jules Ferry afin ensuite de descendre la rue Pascal (ancien rue du Rivage).  Cela conduit à l'endroit où se trouvent de petits plots de béton marquant les avaleresses Saint Dominique, Dumas et celle portant le N°7. (N°6 sur la carte).

  • La fosse Beauvois : activités en 1834 à 1920.
  • Les avaleresses : puits foncés mais non exploités.

Remontant la rue Pascal (ancienne rue du Rivage), le circuit passe non loin de ancienne fosse Gantois (N°5), puis rejoint le centre ville où se trouvait la fosse Saint Mathieu (N°7) où seul demeure une petite partie du mur d'enceinte de cette fosse.

  • La fosse Gantois : début d'activités en 1834 et ce jusqu’en 1886. Remblayée en 1944.
  • la fosse Saint Mathieu : foncée en 1833. Arrêt de l'extraction en 1924. Utilisée pour le retour d'air de la Fosse Schneider. Remblayée en 1957. Destruction du chevalement et de la cheminée en 1974.

Tel qu'il a été conçu, ce circuit n’intègre pas, le site de l'ancienne fosse La Naville, bordée par la petite rivière du même nom.

  • La fosse La Naville : active de 1846 à 1936. Utilisée pour le retour d'air de la fosse Schneider. Remblayée en 1958. Captage du grisou à partir de 1977.

Au delà du seul territoire de Lourches, la Compagnie des Mines de Douchy a exploité des fosses sur Douchy précisément :

  • la fosse dite Douchy : active depuis 1872. Fin d'extraction en 1934. Utilisée elle aussi comme retour d'air pour la fosse Schneider jusqu'en 1955. Remblayée en 1957
  • la fosse Boca : ouverte en 1914, puis reprise d'activités après la guerre, c'est à dire en 1920, et ce, jusqu'en 1950. Chevalement détruit en 1961. A noter que c'est la seule fosse de la Compagne de Douchy où le bâtiment d'extraction n'a pas été détruit.

De 1833 à 1955,  environ 28 millions de tonnes nettes de charbon ont été extraites sur le territoire de la concession de la Compagnie des Mines de Douchy (nationalisée en 1946) et environ 1.500 km de galeries creusées. L'exploitation a été comprise entre 70 et 1.000 m de profondeur. (*)

© Francis Dudzinski-Ozdoba. Historien & EcrivainN2. Contact.

N1 : En activités de 1834 à 1956 selon François Régis. / N2 : auteur du livre Denain Bouchain. Histoire d'un bassin industriel. Éditions Sutton. / Sources : Archives personnelles, Wikipedia, Plan de Prévention des Risques Miniers (PPRM) Denain – Haveluy – Lourches. Aout 2016


Quelques commentaires extraits de ma page Facebook :

Séb Le Billysien Bravo, juste 2 petites remarques, à saint Mathieu il reste un mur restauré du bâtiment de la chaufferie et à Boca c'est le bâtiment de la machine d'extraction qui est encore visible.