pierre richard  agglomérésEn 1973, l'acteur Pierre Richard tourne l'essentiel de son film "je sais rien mais je dirai tout" à Lourches, Escaudain et Denain. Le film est diffusé en salle en décembre. En voici quelques images où vous retrouvez les paysages industriels de l'époque : la centrale électrique et le gazomètre de Lourches, l'Escaut, Usinor... En cette année 1973, personne n'imagine que cinq ans plus tard, un véritable tsunami va s'abattre sur tout le bassin industriel du Denaisis...

Usinor-Denain : Il ne reste rien de ce vaste ensemble industriel

L'acteur Pierre Richard (né le 16 août 1934 à Valenciennes) tourne en 1973 l'essentiel de son film "je sais rien mais je dirai tout" à Lourches, Escaudain et Denain. Ce film est diffusé en salle le 6 décembre de la même année. Il est produit par Films Christian Fechner et Renn Productions.

pierre richard001Synopsis : "Pierre Gastié-Leroy (Pierre Richard) est le fils d’un richissime directeur d'une usine de fabrication d'armes (Bernard Blier). Malgré ses parents, deux oncles généraux et un parrain évêque qui essayent de lui inculquer les valeurs rigides de son niveau social, Pierre est un doux rêveur, antimilitariste, éducateur social qui rêve de sauver trois jeunes voyous (Luis Rego, Georges Beller et Didier Kaminka), ses « p'tits gars » à la limite de la délinquance. Après plusieurs échecs retentissants qui l'ont conduit en prison, Pierre est sommé par son père d'entrer dans son usine afin d'en diriger le service social. Fatigué par la vénalité de son père et les bêtises des « p'tits gars », Pierre les fait embaucher à l'usine...." (Extrait de Wikipedia)

Voici quelques images extraites du film...

"l'agglo" ou "l'agglomération" à Escaudain. Ici sont préparés les ingrédients qui vont alimenter les hauts-fourneaux (minerais, coke...). Une usine particulièrement polluante à deux pas du centre ville.  En 1975, sur ce site est implanté un four à chaud.

pierre richard  agglomérés

Les bâtiments de l'imposante centrale électrique EDF de Lourches, au bord du canal de l'Escaut. Pour les besoins du film, la centrale est devenue l'usine "Gastié-Leroy".

pierre richard   centrale lourches

Voici cette vaste centrale électrique de Lourches (longtemps connue sous le nom de "SERVA", du nom de la société propriétaire de la centrale, avant EDF). Tout a été totalement détruit, ainsi que le pont menant à Neuville-sur-Escaut et l'écluse du canal de l'Escaut (en bas à droite).

lourches054 21

La célèbre descente dans le Vieux Lourches. Pierre Richard est ici à mobylette. A l'arrière plan, la centrale EDF de Lourches et le panache blanc de la cokerie.

pierre richard  gazometre2

Nous retrouvons, à l'arrière plan, la cokerie de Lourches avec à droite, le gazomètre, le tout, au bord de l'Escaut.

pierre richard1

Un impressionnant réseau de tuyauterie aérienne reliait alors la cokerie de Lourches aux Hauts-fourneaux d'Usinor basés à Escaudain.

pierre richard  gazometre21

Les trois hauts-fourneaux d'Usinor...1973 est une année importante car elle est marquée par la mise en route du haut-fourneau N° 3 totalement rénové et agrandi ( avec un diamètre au creuset de 9,5m). Avec ses 3 HF, ses aciéries LD et Martin, l'usine de Denain établit son record de production en 1974 avec 2.420.000 tonnes d'acier. On ne parle pas encore de la crise qui pourtant menace à l'horizon. Cette crise, fatale, va s'abattre le 12 décembre 1978...

pierre richard HF

Il ne reste rien de ces vastes ensembles industriels.

Francis Dudzinski-Ozdoba.

Mes remerciements à Jean Luc Dhenain. Sources : Le livre "Denain, histoire d'un bassin industriel". Éditions Sutton.


Quelques commentaires extraits de ma page facebook :

- Tant d'émotions !... merci à Francis Dudzinski. (Nicolas Slowik)

- Non ! Il ne reste rien, les soufflantes c'est le seul vestige des HF. j'y ai travaillé, j'étais au numéro 3, certe pas longtemps mais suffisamment pour me rendre compte de la pénibilité du travail et de la très bonne camaraderie (Ric-alex Beaumont).

- La silhouette si familière de l'"agglo" (quand nous rendions visite à de la famille à Escaudain).... Mais ça c'était avant... Pierre Richard est un Ch'ti, bien sûr ! Son grand-père (ou son père ?) dirigeait l'usine Escaut-et-Meuse dans les années 30. Mon grand-père - qui y a travaillé avant-guerre et avant d'entrer à Usinor Denain en 46 (c'était encore les Forges !) - les a connus tous deux, en tout cas... Merci pour ces remémorations...(Rafaèle Decarpigny).  
- Mes parents tenaient le Rallye à Denain Pierre Richard dormait a l'hotel du commerce et il venait le soir avec son equipe boire un verre que de souvenirs. (Lucile Dupriez)
- L’agglomération avec les fours à chaux derrière le parc à minerais venus du monde entier. En 78 les ouvriers avaient monté un SOS sur l'agglo . Je revois tous ces sites comme si c’était hier (Arbault Corinn).
- Merci à vous pour ces souvenirs quelques fois enfouis au fin fond de notre mémoire, certains nous donne la larme à l'œil (Chrystel Zwoniarek)
L'agglo nous servait de modèle durant les cours de dessin assurés par M. Wisocki, et notre grand peintre Marius WROBEL, les perspectives, les proportions prises d'un oeil avec le crayon de bois au bout du bras tendu...(Antonio Notarianni).