photo28 1Ne sacrifions pas le radoub du Canal de l'Escaut à  Denain, sur l'autel du developpement économique du parc d'activités des Pierres Blanches. L'un et l'autre ne sont pas incompatibles. Il est encore temps de sauver le peu de patrimoine industriel non encore détruit à Denain. Cessons de faire table rase de ce riche passé. Il ne peut y avoir construction d'avenir, sans la connaissance et la valorisation du patrimoine qui nous été légué.

 

L'ancienne halle aux lingotières d'Usinor-Denain

En parcourant Denain, et plus globalement le Denaisis, un constat s'impose : le patrimoine industriel a quasi disparu. Depuis bien des décénnies, une volonté a dominé : faire table rase du passé, du glorieux passé industriel. Cette attitude est très étrange et s'oppose à ce qui se fait, depuis bien longtemps et avec succès, dans d'autres régions industrielles comme le Borinage en Belgique, la Ruhr en Allemagne, l'agglomération de Birmingham en Angleterre, ou encore, dans le bassin du Creusot, près de Saint Étienne.

Dans ce contexte, un batiment mérite toute notre attention aujourd'hui. C'est l'ancienne halle aux lingotières d'Usinor Denain.  Ce batiment a jusqu'à ce jour, échappé aux bulldozers. Il a été transformé, à l’initiative de Jean Claude Lerique via la SODINOR, en lieu d’accueil, de réparation, d'entretien et de construction de péniches. C'est ce que l'on appelle, dans le monde du fluvial, un radoub.

photo28 1

il faut dire, comme je le détaille dans mon livre,  que ce vaste batiment ( 90 mètres de long sur une vingtaine de mètres de large) est admirablement bien situé : il bénéficie d'un accès direct au Canal à grand gabarit de l’Escaut, et ce, à quelques encablures de l'écluse. Il a été équipé de deux ponts roulants de 60 tonnes chacun.

C'est le dernier équipement de ce type existant au Nord de Paris.

Comment imaginer que, dans la perspective du prochain Canal Seine-Nord Europe, un tel outil soit détruit. Ce serait une absurdité économique, technologique, voire touristique aussi.

Il est temps de le préserver afin de lui donner une nouvelle affectation, évidemment liée au fluvial. Il pourrait, par exemple, être un excellent outil de réparation et de maintenance de bateaux de plaisance. La demande sur le marché est très forte,  de la part d'une clientèle française, mais également, belge ou allemande.

Faisons de cet outil un exemple régional dans la préservation et la valorisation du patrimoine industriel.

P1000725 2

denain radoun ign 2015 2

La préservation du patrimoine, et particulièrement du patrimoine industriel, ne vise pas à mettre sous cloche un batiment. L'objectif est tout autre : il s'agit de le valoriser, c'est à dire de le rénover afin de lui attribuer un nouvel usage, un usage d'aujourd'hui. Et avec ce radoub, nous sommes au coeur de l'actualité, celle du fluvial , du Canal Seine Nord Europe, celle du développement durable.

Francis Dudzinski-Ozdoba. Historien.  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..


Quelques commentaires extraits de ma page facebook :

Patrice Vannicatte  : C’est la société schmid atelier de construction métallique qui a installé cette infrastructure y compris la porte d’écluse j’étais à l’époque responsable de la production l’atelier se trouvait 36 rue macarez à Valenciennes. (...) Ce que vous ne dites pas au risque de fâcher c’est que les VNF n’entretiennent plus ce genre d’infrastructure comme l’écluse du grand carré également fabriquée et installée par SCHMID Valenciennes comme la reconstruction de la passerelle des arts à Paris ouvrage très connu cette passerelle à été étudiée,fabriquée,installée par un atelier Valenciennois c’était une belle époque

Nicolas Slowik : le bassin de radoub est une partie de la mémoire de la ville de Denain que veut detruire (...) le Directeur du Syndicat Dock Seine Nord .. il tient serré l'embargo économique du port ...de son vivant jamais il n'y aura pas le moindre container a Denain ... car il se preserve ses redevances (...) sur le port de St Saulve ! Nicolas Slowik chargé de mission à Porte du Hainaut Developpement. le malheur n'est pas le fruit du hasard il a ete entretenu