chiffonrouge1Une chanson a accompagné la lutte des sidérurgistes d'Usinor-Denain, Trith-Saint-Léger, Anzin ou encore Longwy en Lorraine, c'est "le chiffon rouge". Une chanson de Michel Fugain  (complément du chapitre 3 de mon livre: Denain. Histoire d'un bassin industriel)

Le chiffon rouge, la chanson du combat des sidérurgistes d'Usinor-Denain...

Cette chanson a été interprétée pour la première fois en Juin 1977. Michel Fugain était l'invité de l'opération culturelle "Juin dans la rue" organisée par la ville du Havre. Pour le final de cette opération, le 18 juin 1977, une chanson est née, "le chiffon rouge", sur des paroles de Maurice Vidalin et une musique composée par Michel Fugain. 

Depuis cette date, cette chanson a été massivement popularisée par les radios locales de l'époque et principalement, "Radio Lorraine Cœur d'Acier" à Longwy et "Radio Quinquin" (1), la radio de la CGT. Elle était chantée lors des manifestations des sidérurgistes de Denain ou de Trith-Saint-Léger  et des sidérurgistes de Lorraine, à Longwy...

chiffonrouge1

Accroche à ton cœur un morceau de chiffon rouge
Une fleur couleur de sang
Si tu veux vraiment que ça change et que ça bouge
Lève-toi car il est temps

Allons droit devant vers la lumière
En levant le poing et en serrant les dents
Nous réveillerons la terre entière
Et demain, nos matins chanteront

Compagnon de colère, compagnon de combat
Toi que l’on faisait taire, toi qui ne comptais pas
Tu vas pouvoir enfin le porter
Le chiffon rouge de la liberté
Car le monde sera ce que tu le feras
Plein d’amour de justice et de joie

Accroche à ton cœur un morceau de chiffon rouge
Une fleur couleur de sang
Si tu veux vraiment que ça change et que ça bouge
Lève-toi car il est temps

Tu crevais de faim dans ta misère
Tu vendais tes bras pour un morceau de pain
Mais ne crains plus rien, le jour se lève
Et il fera bon vivre demain

Compagnon de colère, compagnon de combat
Toi que l’on faisait taire, toi qui ne comptais pas
Tu vas pouvoir enfin le porter
Le chiffon rouge de la liberté
Car le monde sera ce que tu le feras
Plein d’amour de justice et de joie

Francis Dudzinski-Ozdoba.

(1) Radio Quinquin, la radio de la CGT, émet pour la première fois du 20 au 23 mars 1979 ( relayée alors par Radio Campus) avec un but précis : mobiliser la population pour la grande manifestation de défense de la sidérurgie prévue à Paris le 23 mars 1979. Elle s'installe ensuite sur les ondes à partir du 7 novembre 1979, avec un emetteur installé dans la mairie d'Auby. A cette époque, on l'oublie parfois, les radios locales sont considérées comme " illégales". Conséquence : la police intervient en octobre 1980 pour saisir l'emeteur de Radio Quinquin basé. la Radio émet de nouveau, mais cette fois depuis la mairie d'Avion (pas de Calais). Il faut attendre l'arrivée de la gauche au pouvoir (mai 1981), pour que la libéralisation des ondes se mettent progressivement en place. Radio Quinquin est officiellement autorisée en octobre 1983. Elle perd peu à peu son identité pour ensuite être reprise par Radio Contact en 1997.