escaudain cité schneider mai 2011 googleLa Cité Schneider est bâtie à l'initiative de la Compagnies des Mines de Douchy. Dans ce quartier, les cotés de la rue sont soit sur Escaudain, soit sur Roeulx, soit sur Lourches... ici a été logé un grand nombre de familles d'origine polonaise, et ce dès le début des années 1920. Explications et photos...

Dans la vaste cité Schneider, construite à l'initiative de la Compagnie des Mines de Douchy (dont le siège est à Lourches), il est parfois difficile de savoir si telle rue, voire, tel coté de rue se trouve sur le territoire d'Escaudain, ou de Roeulx, ou de Lourches..

lourches cité schneider

Carte IGN

escaudain cité schneider mai 2011 google

Photo Google 2011. Une des rues, juste après la barrière, en venant d'Escaudain... Elle n'a jamais porté de nom précis. C'est tout simplement "cité Schneider".

Les maisons paraissent "grandes", mais ce n'est qu'une illusion d'optique liée à la photo.

En façade, une porte, une fenêtre simple. Sous celle-ci, un soupirail : il permet d'y faire passer le charbon qui a été livré sur le trottoir.

Au rez de chaussée, une première pièce utilisée souvent comme un salon. A l'arrière, la cuisine, lieu de séjour principal, avec évidemment, le feu à charbon. Entre ces deux pièces, l'escalier - assez raide - menant à l'étage où se trouvent deux chambres à coucher.

De la cuisine, un autre escalier permet de descendre à la cave...

A l'extérieur, avant d'arriver au jardin et dans un espace réduit autour d'une toute petite cour, les familles vont parvenir à élever des lapins, des poules ainsi que des oies, dont le duvet va servir à fabriquer les grosses couettes polonaises dénommées : pierzena.

Ce n'est qu'à partir du début des années 1980 que ces maisons vont enfin connaitre une rénovation.

escaudainschneider55 2

La cité Schneider en 1955. A l'arrière plan, l'imposant terril. Un élement essentiel sur ce document : il n'y a aucune voiture !

Ici les premiers occupants, dès les années 1922-1923, ont été, en très grand nombre, les familles des mineurs polonais. Parmi celles-ci les familles (1) :

- de la Cité Schneider (1e rue à gauche, après la barrière, en venant du centre d'Escaudain): Spychala ( au N°80), Fabianski (au N° 84), Tomczyk (86), Turokowski (Leokadia et Edmond, au N° 97), Pawlinski (de 1947 à 1959 au numéro 151), Szymanski ( au N° 152), Struzynski (N°158), Majchrzak (au N° 161 et/ou N° 178 ?), Ozdoba-Cejba (au N° 179), Cybertowicz (au N° 180, de 1926 à 2002), Ślatała (au N° 181 de 1935 à 1966), Brzozowski-Cybertowicz (au N° 182), Baranski (au N° 188), Cegielski (189), Surmanowski (au N° 190),

- de la rue de Valenciennes : Mielcarek (au N° 16) ...

- de la rue de Senelle : Goral (N° ?),  Walisko (N° ?), Mocydlarcz-Zajch Wladislas et Stéphanie....

- de la rue de Maubeuge : Szerment-Sobisiak (N°17), Plucinski Chucher (au N°23), Kowalski (N° 30. jusqu'en 1995), Szkudlarek, Kasmierczak, Wojcik (au N° 11 ? ), Idziak Symphorien dit "Szymek" (N°19)...

et aussi les familles Adamczak, Buczkowski, Kukula, Sobisiak, Tomkowiak, Sikora, Dobrogoszcz, Brzozowski-Nawrot, Krawiec, Krol, Ritter, Piatkowski, Skrzypczak, Zurawik et bien d'autres encore (2)......

Il y avait aussi les familles Rudent (dont l'épouse était d'origine polonaise. De 1966 à 2003, au 181 Cité Schneider), Lecouffe (au N°184), Decarvalho (au N° 186), Boulanger (au N° 188), Reinhard, Mesquita (au N°150 cité Schneider )  etc...

szopa3

Photo ci-dessus : collection Szopa. Les établissements Sobecki, Szopa. Le terril de la fosse dite de "Roeulx".

roeulx vue sur la cite schneider 3.

Cette photo est prise depuis le terril de la fosse Schneider vers 1955 (N°1). En face, s'élève le terril dit de la fosse de Roeulx (N°2). A droite, on retrouve la petite place ... Sur la gauche, la maison située juste avant la voyette (N°3) était occupée par ma famille : Ozdoba-Cejba. : au N° 179 Cité Schneider.

Un grand nombre de voyettes permettent de cheminer d'une rue à l'autre. Certains s'y perdent, d'autres non...

De ces voyettes, on accédait aux maisons situées à droite et à gauche sur cette photo. Ce qui n'est plus le cas aujourd'hui...

Sur cette photo, datant de septembre 2017, la végétation débordante sur la gauche permet de comprendre que le jardin n'est plus cultivé, que la maison n'est plus occupée... dans certains endroits, les maisons sont murées. Le délabrement de la cité peine à voir...

2escaudain cite schneider 2017 2(

1) Si vous ne souhaitez pas que le nom de votre famille soit cité, merci de me l'indiquer.

Dudzinski150© Francis Dudzinski-Ozdoba.

Passeur d'Histoire. Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

Commentaires  

# sosnowska 26-04-2020 14:14
un exemplaire travail de mémoire ! bravo !
Répondre
# jean zelek 11-05-2020 07:37
mes grands parents sont aussi de schneider mais coté lourches
Répondre
# jurek 22-05-2020 07:49
belle photo de schneider en 55 !!!
Répondre