abscon la pensée 1906L’épopée charbonnière dans le Denaisis a duré 146 ans, de 1822 à 1968. Elle a concerné 8 villes (Abscon, Denain, Douchy-les-Mines, Escaudain, Haveluy, Lourches, Roeulx et Wavrechain sous Denain) qui ont été profondément métamorphosées. A l’initiative des Compagnies des Mines d’Anzin, de celles de Douchy et d’Azincourt, 46 puits de mine répartis dans 37 fosses ont été ouverts. Le premier puits mis en exploitation est celui de La Pensée, à Abscon. Le dernier est celui de la fosse Saint Mark, à Escaudain.

Après 1815, la Compagnie des mines d’Anzin bâti un plan de relance de sa production demeurée longtemps en stagnation (318000 tonnes en 1823 contre 310 000 tonnes en 1792). Le banquier parisien et président du conseil de régie Casimir Perier prône l’ouverture de nouveaux puits. Conséquence, quelques fosses sont ouvertes comme celles de la Sentinelle (1818), du Sarteau à Fresnes-sur-Escaut (1822), Saint-Louis à Anzin (1821).

Mais c’est vers l’ouest de la concession, non prospecté à ce jour, que la Compagnie oriente ses recherches. L’enjeu est de trouver des gisements de charbons gras pour relayer ceux de Saint-Waast (Valenciennes). Un choix judicieux.

abscon la pensée 1906

La fosse "la Pensée" à Abscon, occupée par l'armée lors des grandes grèves des mineurs de 1906.

A Abscon, Jacques Renard, l’agent général de la Compagnie d’Anzin, fait effectuer un sondage en octobre 1821 non loin de la route Valenciennes-Denain-Douai, sur une zone proche du chemin menant à Erre. C’est un succès. La fosse est ouverte  le 21 mai 1822.


Elle est dénommée « La Pensée » pour signifier la bonne pensée, autrement dit, la bonne idée de Jacques Renard. Deux ans plus tard, l’exploitation d’un charbon gras commence. Mais l’enthousiasme est de courte durée. La principale veine exploitée, dénommée « Casimir », est étroite, faillée et surtout grisouteuse. Le site d’Abscon apporte malgré tout un élément majeur : le gisement est bien là. De nouvelles prospections sont lancées.

Ainsi, à Denain, un fonçage est réalisé le 4 septembre 1826. Le 6 janvier 1827, le charbon gras est découvert bien l’écart du village, non loin de l’Escaut et de ses marais. Les travaux sont supervisés par Charles François Mathieu. Un an plus tard, le 30 mars 1828, l’exploitation peut commencer dans cette fosse à qui la Compagnie des Mines d'Anzin attribue le nom symbolique de "fosse Villars"...(...).

Retrouvez l'intégralité de ce texte dans le chapitre 2 du livre : "Denain Histoire d'un bassin industriel" (page 27 à 48) : la ruée vers l'or noir.


Où acheter le livre "Denain et le Denaisis. Histoire d'un bassin industriel". De 1820 à nos jours ?


Dudzinski150© Francis Dudzinski-Ozdoba. Passeur d'Histoire.

Guide-conférencier. Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Mes articles sont régulièrement complétés et mis à jour. Sources : Archives personnelles,  Archives (ADN, CHM, AMT...), mes notes de lectures(*), mon livre "Denain et le Denaisis : Histoire d'un Bassin Industriel".

(*) Voir Bibliographie.